NyinParis. Contact : nyinparis09@gmail.com . Fourni par Blogger.

Street Food Temple X Corée Du Sud

C'était ce week-end à Paris...


Dans le cadre de la Fête de la gastronomie, le Carreau du Temple logeait les principaux Food trucks de la capitale le temps d'un week-end. Pour cette deuxième édition, la Corée du Sud était mise sur le devant de la scène avec notamment l'ancien Top Chef Pierre Sang Boyer et la journaliste Mina Soundiram (L'Express Styles, Très Très Bon) en tant que parrain-invité d'honneur.



La Street Food Temple en quelques chiffres, c'est 25 Food trucks, 15 triporteurs, 8 stands d'épicerie fine, 4 bars et 1 cantine géante. Et sans surprise, la foule parisienne était bien au rendez-vous. Les stands coréens (hot dog, bulgogi, gyoza) étaient bondés de monde, rien d'original dans le fond, ce qui nous a vite fait dévier vers les Food trucks. 



En matière de Food trucks, étaient présents Le Camion Qui Fume et La Brigade devenus des grands classiques pour nous, ainsi que le Master Chef Food Truck, Le Canard Huppé, À La Tête Du Client et bien d'autres.

Master Chef Food Truck
Le Camion Bol avec Nathalie Nguyen

Après avoir fait le tour, on s'est tourné vers Tooq Tooq, le Food Truck thaïlandais que l'on perçoit parfois devant le MK2 Bibliothèque François Mitterrand.

Tooq Tooq prône l'art du pad thaï. Pour 8€, je me décide pour un pad thaï au poulet. Le service est correct et très rapide. Le pot s'emporte avec des couverts en plastique. Le gros hic, c'est que c'est très difficile à manger avec, de plus, la pression de casser la fourchette est insoutenable, de quoi gâcher d'entrée la dégustation... Les pâtes de riz sont fades, la sauce manque cruellement de saveurs, seuls les quelques morceaux de poulet sont plutôt bons. Côté prix, le pad thaï en Food Truck n'offre pas non plus un meilleur rapport qualité/prix en comparaison des traditionnels restaurants thaïlandais. Une déception. 


À côté se trouvait Épices & Love, un Food Truck hippie servant des dosas, produits phares indiens. Le dosa est une galette indienne à base de farine de riz et de lentilles noires. On vous en parlera davantage lors d'un prochain rendez-vous ! 



L'envie de fraîcheur nous transporte vers Odd Bod. Cette jolie bouteille contient une vodka de pur grain française, des pommes et des cerises pressées. Le concept a émergé suite à une sortie en boite de nuit après avoir dégusté une vodka-pomme "dégueulasse", dixit l'un des fondateurs. Intriguée, je choisis le cocktail pomme tatin-fraises (6€). La base sort directement de la bouteille, on y rajoute simplement quelques fraises. Le mélange est étonnant, la vodka émerge dès la première gorgée mais fait également ressortir le délicieux goût de la pomme tatin. À tester !



Next stop : The Beast. Longtemps dans ma to-do list, cette fois je ne pouvais le rater. 2 recettes à 10€ accompagnées de green coleslaw : le Brisket (poitrine de boeuf Black Angus fumée pendant 20h) et le Korean-style Ribs (travers de porc à la coréenne) pour coller au thème. Gourmands que nous sommes, on opte pour le combo (15€). Le green coleslaw est composé de chou et de pommes vertes, frais et léger, idéal pour accompagner la viande. On s’inquiétait au début de la dégustation à la fourchette (en plastique), mais la viande se coupait très facilement. 


Le brisket, avec une croûte de poivre, était tendre à souhait, se dégustant avec la sauce barbecue maison qui est tout simplement exquise. Quant aux ribs caramélisés, portion légère mais divine ! Jamais n’avait-on mangé des ribs aussi tendres et goûteux. Retrouvez-nous très bientôt dans leur restaurant pour une autre partie de plaisir ! 


Enfin, pour terminer, on se ruait sur le stand de mousse au chocolat de Patrice Chapon par pure curiosité. Et nous voilà ressortant du hall avec un cornet avec les derniers 6€ qui nous restait :').

---
En bref, un event plutôt sympa qu’on referait avec plaisir, mais attention à prévoir du liquide sur soi.






On vous dit à bientôt pour les prochaines aventures ! 

Quand la gaufre est à l'honneur...

Paris est bien connu pour ses crêpes qui se déclinent à l’infini, et les gaufres dans tout ça ? Il y a environ 3 ans, Jonathan et Iris ont eu la bonne idée d’introduire la gaufre à Paris, entre restaurant ou bar à gaufres, à vous de choisir !


1- La Gaufrerie de Jonathan

Jonathan, ce monomaniaque de la gaufre a décidé d'apporter une partie de lui dans le quartier très animé de Montorgueil. Déclinée en version salée ou sucrée, la gaufre représente pour lui une véritable boîte à souvenirs. 



-> Ambiance/Décor 7/10
La salle aux murs de pierre peut accueillir une trentaine de couverts et pour les jours heureux, la petite terrasse est également disponible. Côté ambiance, c'est plutôt calme, accompagné d'un léger fond musical.  



-> Service 8/10
Le service est discret mais efficace, l'attente est plutôt courte. 


-> Cuisine 6,5/10    


La carte est assez courte mais répond aux envies de chacun. Pour un premier test, j'opte pour la Chicken & Waffle. La gaufre parfumée au curry est moelleuse et s'accompagne de quelques morceaux de poulet, tendres certes mais sans les os ce serait mieux. 

Chicken & Waffle 11,5€

J'ai également pu tester la gaufre burger lors d'une seconde visite. La gaufre remplaçant le pain, s'effritait un peu à cause du jus du steak haché et de la sauce tartare. La cuisson de la viande est maitrisée, la tomme fondue apporte du caractère et les tomates confites étaient délicieusement juteuses. Quant aux frites, la portion n'était pas très généreuse et je les ai trouvé trop grasses. Enfin, à noter que l'assiette n'était pas très propre, ce qui gâche tant soit peu le plaisir de la dégustation. 

Burger 14,5€

On finit quand même avec des gaufre sucrées, la recette du moment était la gaufre pêche melba. Gros coup de coeur, les pêches étaient fraiches et juteuses, accompagnées d'un délicieux coulis de groseille. Enfin, la gaufre à température ambiante est servie avec une boule de glace à la vanille et de la chantilly, de quoi finir la soirée en beauté !



-> Rapport q²/p 7/10 
Les produits sont plutôt frais et de qualité mais lorsqu'on parle de gaufre (ou de crêpe), l'assiette manque souvent de générosité, et le prix reste assez élevé.


Noté par NY : 7/10

Commentaires :
Le bon plan alternatif des crêperies. Les recettes sont assez originales mais manquent de générosité et de gourmandise pour les salés, surtout pour le burger. Néanmoins, si une envie de gaufre vous prend, n'hésitez pas à réserver sur Lafourchette ou à acheter un bon Groupon pour bénéficier d'un très bon rapport qualité/prix. À noter que le restaurant prépare également une recette de gaufre sur-mesure pour les personnes allergiques au gluten ou au lactose, à condition de le signaler lors de la réservation.


-> Infos 

La Gaufrerie 
5 rue Marie Stuart
75002 Paris
Métro : Sentier, Étienne Marcel
Tel : 01 42 33 05 89
Du mardi au mercredi de 19h30 à 22h, du jeudi au vendredi de 12h à 14h, de 19h30 à 22h,
le samedi de 12h à 22h, et brunch le dimanche de 11h30 à 15h



2 - Yummy & Guiltfree, le bar à gaufres d'Iris

Dans la charmante cour bleue du BHV Homme se cache cette mini-fabrique de gaufre à la touche girly, confectionnée par les mains d'Iris Collon, de son père et avec l'aide de nombreux chercheurs et boulangers... En effet, il a fallu 2 ans pour élaborer la recette de la gaufre, sans gluten et sans lactose ! 



-> Ambiance/Décor 8/10
Dépaysement assuré dans ce coin secret du BHV, où tabourets et transats vous attendent pour une pause gourmande ensoleillée. Eh oui, pour les jours de pluie, c'est un peu plus compliqué avec un ciel semi-ouvert. 




-> Service 8/10
Nous avons été accueillies avec le sourire, et l'attente n'était pas bien longue. Pour manger sur place, on peut s'installer tranquillement en attendant que l'on nous apporte nos gaufres. 


Cliquer pour agrandir

-> Cuisine 10/10     

La Fish 6,80€

En salé, Molika se laisse tenter par la Fish à base de cabillaud à l'huile d'olive, de mousseline de pomme de terre, de parmesan et de citron vert. Explosion de saveurs en bouche, le mélange fonctionne très bien. La gaufre tient également bien la route, croquante à l'extérieur et moelleuse et à l'intérieur.

Tatin de pommes caramélisées 5€

En sucré, j'opte pour la gaufre façon tatin. Aérienne et bien dorée, la gaufre est nappée d'une délicieuse compote de pommes. Par dessus, on compte quelques quartiers de pommes fondantes et bien caramélisées, et le tout est parsemé d'un crumble qui apporte du croustillant. Nouveau coup de coeur, c'est délicieusement gourmand. Et quelle est belle cette gaufre sur son bâtonnet en bois vêtu d'un petit noeud rose !, inutile de vous dire que j'ai immortalisé de suite ce petit bijou dans mon Instagram de bonnes adresses.


                                                      
-> Rapport q²/p 7,5/10 
La gaufre reste plus chère que la moyenne, mais il est important de noter qu'elle est sans gluten, sans lactose, et bio ! En effet, tous les ingrédients de cette recette secrète sont sélectionnés avec le plus grand soin : laits et beurres végétaux, sucre roux au lieu du sucre blanc, et huiles vierges pressées à froid. 


Noté par NY : 8,7/10

Commentaires 
L'enseigne porte bien son nom, on dévore la gaufre ici avec gourmandise et sans remords. Les recettes sont bien travaillées, et c'est très fin. Adresse à retenir donc pour une pause gourmande after-work.



-> Infos 

Yummy & Guiltfree
14 rue du Temple
75004 Paris
Du lundi au samedi de 11h à 19h
Metro : Hotel de Ville


Catégorie : Gaufre, Pause sucré

Rococo, bar à cocktails et kebabs

Après le bistrot Roca et la pizzeria Roco, Alexandre Giesbert secondé par Chloé Charles de Septime investissent dans Rococo, le spot trendy du moment où ça parle "fine kebab". Prêts à chiller autour d'un bon kebab gourmet et un verre de cocktail, nous arrivons un jour du mois d'août pour 19h.




-Ambiance/Décor 7/10
De l'extérieur, le restaurant ne paie pas de mine : pas de nom clairement affiché sur la devanture, un menu scotché sur le côté, bref on était bien chez Rococo. D'un pas hésitant, nous entrons. Dans un décor minimaliste, murs bruts, tables en bois et chaises cannées, Rococo possède un univers bien à lui.



-> Service 8/10
Un jeune homme nous accueille avec le sourire et reste attentif à nos petits caprices. En attendant la commande, on nous apporte de l'eau... dans un bécher (mais dans quel laboratoire nous nous sommes retrouvés ?! :rires).




Après une brève analyse de la carte, nous nous décidâmes pour un kebab de veau et un de cochon. Pour vous parler un peu de l'originalité de ces recettes, ci-dessous leur composition sur la carte : 

Kebab de cochon à la broche : échine de cochon marinée orange/moutarde, raisins de corinthe, yaourt à l’ail, sucrine, concombre, tomate, salsa d’herbes. 

Kebab de veau à la broche : bas carré de veau mariné citron/épices, yaourt au curry, caviar d’aubergine, concombre, tomate, oignon nouveau, coriandre fraiche.


-> Cuisine 4/10
Au premier coup d'oeil je savais... que ce kebab allait me surprendre...

Kebab de cochon
Lorsqu'on me dit le mot "kebab", mon imagination s'enclenche et je pense à de la viande, beaucoup de viande, le combo salade/tomate/oignons et les traditionnelles frites. Mais sur l'assiette, la promesse n'est pas au rendez-vous. Sous l'excès de végétaux se cache une quantité infime de viandes. Attendez... on nous avait pas vendu de la viande?

Kebab de veau

Première bouchée, les légumes sont frais mais dominent l'ensemble, la sauce est correcte mais on ne sent PAS DU TOUT la viande ! Cherchant frénétiquement le petit morceau de viande, on s'aperçoit finalement de la pauvreté de celle-ci : une viande sèche, fade, sans caractère et trop cuite... sans oublier de préciser le manque de générosité de ce sandwich. Le seul point positif que j'aurai retenu : les frites maison, croustillantes et bien fondantes.

-> Rapport q²/p 3/10

Le concept était prometteur mais à trop vouloir en faire, on finit par ne rien faire. La déstructuration même de la base d'un kebab, nous on dit NON ! Enfin, payer 9€ pour ce kebab-frites je peux vous dire que ça fait mal. 



Noté par NY : 5,2/10

Commentaires : Bonjour la frustration. 
Très déçu donc de ce kebab qui avait pourtant fière allure sur la toile. Allez savoir si c'est parce qu'on est tombé sur la fin de la broche, ou si ce kebab vaut vraiment que dalle. Néanmoins, le staff est sympathique et soucieux de bien faire les choses. À noter qu'ils nous ont quand même offert la mousse au chocolat pour nous remonter le morale :rires. Bon, on reviendra peut-être dans un an pour leur donner une seconde chance. D'ici là, on leur souhaite bon courage.



-> Infos 

Rococo
4 rue du Faubourg Saint-Martin
75010 Paris
Métro : Strasbourg Saint Denis
Ouvert 7j/7 de 12h à minuit


Catégorie : Kebab Time